Le gouvernement et l'administration des Îles et Terre Ferme d'Amérique ont généralement été confié à des membres de la "noblesse" du royaume de France, et ce au moins jusqu'à la révolution de 1789.
L'île de Saint-Christophe, colonisée dès 1625, a d'abord été le siège du "Gouvernorat Général", y résidait le gouverneur général, on parle également de "lieutenant général".
Le lieutenant général est le représentant du roi aux Antilles. Ses principales attributions sont d'ordre administratives et militaires. Il fait appliquer les lois, les us et les coutumes. Sa résidence s'est déplacée, en 1671, de Saint-Christophe à la Martinique.
A côté du gouverneur général, le roi a nommé, durant certaines périodes, des gouverneurs particuliers pour administrer localement les principales îles ou des groupes d'îles.

La fonction de "Gouverneur Général des Îles et Terre Ferme" s'est divisée en deux dans la seconde décennie du XVIIIe siècle :

1 - le gouvernement de la seule possession française des grandes Antilles qu'est la partie occidentale de Saint-Domingue ;

2 - et le "gouvernement général" des îles du vent.

Ce dernier regroupe l'ensemble des îles des Petites Antilles, de la Guadeloupe jusqu'à Tobago.

Les occupations anglaises, d'abord en Guadeloupe en 1759, puis en Martinique en 1762, marqueront un changement dans l'administration des îles du vent. Chacune des îles principales se voit doté d'une autorité administrative. La règle anglaise se transmettra lors de la restitution de ces îles à la France (traité de Paris de 1763).
Les principales îles du vent accueilleront chacune un gouverneur particulier. Le gouverneur général (ou lieutenant général des îles du vent) réside toujours en Martinique. Il cumule parfois la fonction de gouverneur particulier de la Martinique.
A côté des lieutenants généraux et des gouverneurs particuliers, le pouvoir royal a rapidement installé des "intendants". Ils avaient surtout compétence en matière de justice, de police mais surtout de finances. Les intendants ont un pouvoir dit Civil, alors que celui des "lieutenants" est Militaire. La résidence de l'intendant général s'est également toujours située en Martinique.



GOUVERNEURS GENERAUX DES ÎLES ET GOUVERNEURS PARTICULIERS DE LA MARTINIQUE




Voir également les excellentes pages développées dans WIKIPEDIA :

les gouverneurs particuliers

les gouverneurs généraux

ANCIEN REGIME : LE TEMPS DES COMPAGNIES

De 1626 à 1674, l'administration des Îles et Terre Ferme d'Amérique, est tenue principalement par les Compagnies. La première est la Compagnie de Saint-Christophe qui administre la colonie éponyme de 1626 à 1635. Elle est remplacée par la Compagnie des Îles d'Amérique qui administre les nouvelles colonies conquises. Elle oeuvrera entre 1635 et 1650. Les difficultés financières la contraindront à abandonner ses prérogatives. Les îles seront purement et simplement vendues à des "particuliers". C'est la période des "seigneurs-propriétaires" qui s'étale de 1649 à 1663.
En 1674, Colbert crée la Cie des Indes Occidentales qui rachète aux "seigneurs-propriétaires" les différentes îles. Les Îles sont dès lors rattachées au domaine royal.

Pierre Belain d'Esnambuc (1585, décembre 1636)
C'est le premier "Gouverneur, Lieutenant Général pour le Roy des Isles d'Amérique". Il gouvernera de 1626 jusqu'à en décembre 1636. Il sera confirmé dans ses fonctions de lieutenant général par la nouvelle Cie des Îles d'Amérique qui vient justement d'être créée en février 1635, pour lui permettre d'entreprendre la colonisation de la Martinique.

Jacques Du Pont
1er Gouverneur particulier de la Martinique de 1635 à 1636. Il est nommé par Pierre Belain d'Esnambuc gouverneur de la Martinique dès le début de la colonisation de l'île, en septembre 1635. Dupont est rapidement fait prisonnier par les espagnols pour lesquels l'occupation française à la Martinique est un véritable camouflet. D'Esnambuc le croyant mort, le remplace aussitôt par Jacques Dyel du Parquet.

Jacques Dyel du Parquet (1606, 1658)
Neveu de Pierre Belain D'Esnambuc. Son oncle le nomme gouverneur de la Martinique. La Cie des Îles confirmera le choix d'Esambuc. Du Parquet gouvernera de 1636 jusqu'à sa mort en 1658.

Jerôme du Sarrat, sieur de La Perrière En son absence entre février 1646 et janvier 1647, Jacques Dyel du Parquet nomme La Perrière comme intérimaire.

Philippe de Longvilliers, Chevalier de Poincy, Commandeur d'Oysemont (inc, 1660)
Durant deux ans après la mort de d'Esnambuc, le poste de lieutenant gal est resté vacant. Poincy est alors nommé par la Cie des Îles d'Amérique, Gouverneur et lieutenant général des Îles d'Amérique. Il exercera officielement ses fonctions de février 1639 à novembre 1644, et ensuite de janvier 1647 à avril 1660. Mais en fait il ne cessera pas de les exercer entre 1639 jusqu'à son décès en 1660.

Noël de Patrocles, sieur de Thoisy
nommé par la Cie pour remplacer de Poincy qui ne veut pas céder sa place, il ne sera finalement gouverneur général qu'en titre. Il n'exercera jamais réellement ses fonctions. Il sera même menacé de mort par de Poincy, emprisonné puis rapatrié manu militari en France.


ANCIEN REGIME : LE TEMPS DES SEIGNEURS PROPRIETAIRE 1649 à 1663


La faillite de la Cie des Îles d'Amérique en 1649 permet aux hommes en place, les gouverneurs, de racheter les droits d'administration des colonies. Chacun d'entre-eux devient ainsi un véritable "seigneur propriétaire" ayant un statut de seigneur féodal. Le roi n'ayant nommé aucun représentant du pouvoir, ils seront de fait considérés comme "lieutenants généraaux" qui peuvent gouverner à leur guise.
En 1649, Jacques Dyel du Parquet, gouverneur de la Martinique, achète l'île. Le roi Louis XIII confirmera ses pouvoirs de gouverneur et propriétaire, ainsi que de ses diverses prérogatives. A la mort de Dyel du Parquet, son épouse assurera une quasi "régence". Elle sera épaulée par sa belle famille, frères de du Parquet entendent conserver le pouvoir et le transmettre aux fils de Dyel du Parquet.

Médéric Roole, sieur de Gourselas (1615, 1664)
Il assure l'intérim de Du Parquet de novembre 1652 à fin 1653.

Mme du Parquet (née Marie Bonnard) Elle épouse du Parquet le 21 novembre 1645. Elle lui donnera deux fils. Elle assure une quasi "régence" après la mort de son mari en janvier 1658. Elle aura quelques difficultés à faire reconnaître ses droits, mais elle sera finalement confirmée comme gouverneur de la Martinique.

Adrien Dyel du Parquet, sieur de Vaudroques (inc, 1662)
Frère aîné de Jacques Dyel du Parquet, il assure pour le compte de son neveu le jeune Dyel d'Esnambuc, le fils aîné de M et Me Du Parquet, les fonctions de gouverneur de la Martinique entre 1659 et octobre 1662.

Adrien Jacques Dyel du Parquet, sieur de Clermont
A à la mort de Vaudroques, Clermont proche parent de d'Esnambuc et de Du Parquet, assure entre 1662 et 1665 l'administration de la Martinique. Il exerce cette fonction toujours pour le compte du fils aîné de Marie Bonnard, le jeune et encore mineur Dyel d'Esnambuc. Il continuera d'adminstrer la Martinique après de rachat de l'île par la Cie des Indes Occidentales.



ANCIEN REGIME : LE RETOUR DES COMPAGNIES

La Compagnie des Indes Occidentales est créée en novembre 1663 par Colbert. La Cie rachète aux héritiers du Parquet la propriété de la Martinique et les autres îles à leurs propriétaires respectifs. Les fonctions de lieutenant général, gouverneur particulier, et d'intendant sont remises à l'ordre du jour. Tous ces dignitaires sont nommés par le roi Louis XIV.

Alexandre de Prouville, marquis de Tracy
Lieutenant général des Îles entre 1664 et 1666. Il administre alors les possessions françaises que sont la Martinique, la Guadeloupe et Sainte-Lucie. Les français ne sont pas encore fermement implantés à Saint-Domingue qui reste aux mains des espagnols.

Antoine Lefebvre, sieur de la Barre
Lieutenant général des Îles entre 1666 et 1667

Robert le Frichot des Friches, sieur de Clodoré
Gouverneur particulier de la Martinique entre février 1665 et décembre 1667.

François Roole de Laubière
Il commence par assurer l'intérim de gouverneur particulier de la Martinique en 1667 puis il est nommé officiellement à ce même poste. Il oeuvrera entre 1667 et 1672.

Jean-Charles de Baas Castelmore
Gouverneur Général des Isles et Terre Ferme de l'Amérique de 1667 jusqu'à son décès en 1677. Il a la particularité d'être de confession protestante. Ce qui lui procurera quelques problèmes après la révocation, par Louis XIV, de l'Edit de Nantes. C'est également sous son administration que la résidence du gouverneur gal des Îles passe de Saint-Christophe en Martinique d'abord à Saint-Pierre puis à Fort-Royal. Il sera également le premier gouverneur gal à développer en 1676 les implantations coloniales au Fort-Royal, dont il a bien perçu l'importance stratégique.

Antoine André Sainte-Marthe de Lalande, plus connu sous le nom de chevalier de Sainte-Marthe
Après la mort de Baas, il assure l'intérim du gouvernorat général jusqu'à l'arrivée du successeur nommé par le roi : Blénac. Il est gouverneur particulier de la Martinique de décembre 1672 jusqu'à sa mort en décembre 1679. Il participe vaillement à la défense de l'île menacée par les flamands.

En avril 1674, la Cie des Indes Occidentales est liquidée, les Îles font désormais partie du domaine royal. De Baas, Lieutenant gal en titre quitte Saint-Pierre et s'installe à Fort-Royal dans le but de superviser les travaux de construction du Fort. Dès lors, le Fort-Royal restera le siège du pouvoir du gouverneur gal. Le Chevalier de Sainte-Marthe est confirmé dans la fonction de gouverneur particulier de la Martinique.


ANCIEN REGIME : LES ÎLES RENTRENT DANS LE DOMAINE ROYAL


Charles de Courbon, comte de Blénac (1622, 1696)
Blénac marquera profondément l'histoire des Antilles françaises. Il assurera à trois reprises les fonctions de gouverneur général. C'est sous son administration que va se développer le Fort-Royal. Il débarque à la Martinique en novembre 1677.
1er mandat, Gouverneur général des Isles d'Amérique de 1677 à février 1683.

Claude de Roux, Chevalier de Saint-Laurent En tant que gouverneur particulier de l'île de Saint_Christophe, il assure l'intérim du gouvernement général des Isles d'Amérique pendant l'absence de Blénac qui a dû rentrer temporairement en France entre 1683 et 1684. En février 1689, il est nommé gouverneur particulier de la Martinique.

Charles de Courbon, comte de Blénac 2nd mandat, Gouverneur général des Isles d'Amérique de juin 1684 à 1690.

François d'Alesso, marquis d’Eragny
Il est nommé en 1691 en remplacement de Blénac, lieutenant général des Îles. Il est emporté par la maladie de Siam (fièvre jaune) et décède avant d'avoir réellement exercé.

Charles de Pechpeyrou Comminge, Chevalier de Guittaud
Suite au décès du lieutenant gal Eragny, il assure l'intérim les fonctions de gouverneur gal jusqu'au retour de Blénac rappelé à son grand plaisir. Il restera suffisamment longtemps aux Antilles pour exercer en tout 3 intérims de cette fonction.

Charles de Courbon, comte de Blénac 3e et dernier mandat. Le gouverneur général des Isles d'Amérique est de retour. Blénac exercera de novembre 1691 jusqu'à sa mort en juin 1696.

Thomas Claude Renart de Fustemberg , marquis d'Amblimont(1642, 1700)
Lieutenant général des Îles d'Amérique de septembre 1696 à 1700. La Maladie de Siam (fièvre jaune) est devenue endémique dans les îles. Beaucoup de personnes en meurent. Elle ne fait pas de différence entre les maîtres et les esclaves. D'Amblimont en est frappé, il en meurt au milieu de l'année 1700.

Charles de Pechpeyrou Comminge, Chevalier de Guittaud
Il assure pour la deuxième fois l'intérim de la gouvernance générale jusqu'à l'arrivée dans l'île d'Esnotz, nommé gouverneur gal en novembre 1700.

Charles d'Esnotz de Forbonest
Lieutenant gal entre novembre 1700 et octobre 1701. Il meurt comme son prédécesseur de la fièvre jaune en octobre 1701.

Marquis de Rosmadec
Nommé lieutenant gal des Îles. Il n'exercera fianelement pas du tout ses fonctions. Durant le voyage qui l'amène aux Antilles françaises, il attrappe vraisemblablement la fièvre jaune durant une escale à Cuba et en meurt en mai 1702.

Charles de Pechpeyrou Comminge, Chevalier de Guitteaud
Il assure pour une troisième et dernière fois l'intérim de la gouvernance gale des Îles d'Amérique, mais il meurt avant l'arrivée du gouverneur gal nouvellement nommé. Il sera remplacé par un autre intérimaire aux fonctions de gouverneur gal des Îles : Nicolas de Gabaret, gouveneur particulier de la Martinique.

Charles François Machault de Bellemont (1641, 1709)
Lieutenant gal nommé en 1702. Il arrive à la Martinique en mars 1703 et exercera ses fonctions jusqu'en janvier 1709. Comme ses prédécesseurs il meurt de la fièvre jaune. Nicolas de Gabaret reprend une seconde fois l'intérim de la gouvernance générale.

Nicolas de Gabaret
Gouverneur particulier de la Martinique de 1689 à jusqu'à son décès en juin 1711. Il assure à deux reprises l'intérim de la gouvernancegale. Il sera également nommé gouverneur de l'île de Saint-Domingue.

Raymond Balthazar Phélipeaux sieur du Verger (inc, 1713)
Nommé lieutenant gal en 1709, il exercera réellement ses fonctions à son arrivée aux îles, en janvier 1711. Il y meurt en octobre 1713.

Georges Robert Cloche de Mont-Saint-Rémy de La Malmaison
A la mort du Lieutenant gal Phélypeaux, La Malmaison est gouverneur particulier de la Guadeloupe. Plus ancien dans le grade, il assure l'intérim du gouvernement.

Marquis de Pascove
Il est nommé gouverneur gal en janvier 1714, mais il ne rejoint finalement pas son poste pour diverses raisons. Louis XIV décide alors de nommer un autre gouverneur gal : le marquis de Dusquesne.

A partir de 1714, la réorganisation des compétences pour la dirigeance des Îles d'Amérique est en marche. La réforme vise à scinder les fonctions de gouverneur gal entre les Petites Antilles ou Îles du vent que sont la Guadeloupe, Martinique, &c. et la seule possession française des Grandes Antilles gagnée de longue date sur les espagnols : la partie ouest de Saint-Domingue. Le gouverneur gal Îles du Vent résidera en Martinique à Fort-Royal actuelle Fort de France.

Jean-Pierre de Charitte
Gouverneur particulier de la Martinique de 1711 à 1716

Abraham de Bellebat, marquis DuQuesne
Il est nommé gouverneur gal des Îles du Vent en janvier 1714. La mort de Louis XIV, va écourter son mandat. Il sera remplacé par d'Arcy. Il est toutefois nommé à titre de compensation gouverneur particulier de la Martinique.

Antoine d'Arcy, sieur de La Varenne
Gouverneur très particulier et très éphémère de la Martinique de janvier 1717 à mai 1717. Suite aux manifestations de mécontentements des colons, plus connues aujourd'hui sous le nom d'"évènements du Gaoulé", il est expulsé avec l'intendant gal Ricouart par les planteurs. En attendanr la réction du pouvoir royal, l'intérim est transmis au lieutenant du roi Bègue. Duquesne n'ayant pas voulu s'y risquer.

de Hurault
Gouverneur particulier de la Martinique de 1717 à 1721

Isaac de Pas, marquis de Feuquières
Il est déjà aux Antilles depuis un certain temps, puisqu'il assure les fonctions de gouverneur particulier de la Grenade. C'est un homme à poigne qui connaît bien son affaire. Il doit rétablir l'ordre royal. Il est nommé gouverneur gal des Îles du Vent, fonctions qu'il exercera pendant 10 ans, de septembre 1717 jusqu'à octobre 1727.

Jacques Charles Bochard, sieur de Champigny (inc, 1754)
A lissu de son mandat de gouverneur particulier de la Martinique de 1721 à 1728, il est nommé gouverneur gal des Îles du Vent entre 1728 et 1745.

Jean François Louis de Brach (1668, 1737)
Il sera Gouverneur de la Martinique de 1728 à jusqu'à sa mort en 1737

André Martin, sieur de Pointesable (inc, 1750)
gouverneur de la Martinique de 1742 à 1744

Charles de Thubières, marquis de Caylus
Comme son prédécesseur Caylus est d'abord gouverneur particulier de la Martinique de 1744 à mai 1749. Cette trajectoire lui permet d'accéder aux fonctions de gouverneur général des îles du vent en 1745. Il exercera ses fonctions jusqu'en mai 1750 où il disparaît subitement. Son implication dans certaines affaires plutôt douteuses lui donnait tout intérêt à disparaître. Cela dit les historiens d'aujourd'hui considèrent qu'il est bien mort en mai 1750 à Saint-Pierre. Après sa disparition, l'intérim de la gouvernance gale est assuré par le lieutenant du roi de Ligny.

Maximin de Bompar
Il est nommé gouverneur gal Îles du vent après la disparition de Caylus. Bompar exercera ses fonctions de 1750 à 1757. Il est également nommé gouverneur particulier de la Martinique en 1752.

Alexandre Rouillé de Rocourt
Gouverneur particulier de la Martinique entre 1752 et 1757.

François Beauharnais de Beaumont (1714, 1800)
De Bompar ayant demandé à être relevé des ses fonctions, Beauharnais est nommé gouverneur gal des Îles du vent. Il oeuvrera entre mai 1757 et février 1761. Durant cette période, il assurera également les fonctions de gouverneur particulier de la Martinique. C'est le père du futur époux de Rose Tascher de la Pagerie, qui deviendra Joséphine de Beauharnais, puis l'impératrice Joséphine, première épouse de Napoléon 1er.

Louis Le Vassor de la Touche, sieur de Tréville (1710, 1781)
Comme son prédécesseur il cumule les fonctions de lieutenant gal des Îles du Vent et de gouverneur particuleir de la Martinique. Il sera en fonctions de février 1761 à mars 1762. Il aura le déshonneur de capituler devant des forces anglaises bien supérieures en moyens, mais sans entreprendre une véritable bataille défensive. Ce qui lui sera vivement reproché. C'est un créole, il est né à la Martinique, il n'a peut être pas voulu ruiner les habitations par une défense trop acerbe vis à vis des troupes anglaises qui auraient alors ravagé le pays. A l'issue de la capitulation il est transféré en France par l'occupant.

ANCIEN REGIME : PREMIERE OCCUPATION ETRANGERE

Le Vassor de la Touche capitule devant le général Monkton. Ce sera la première fois que les anglais s'empareront de l'île. Ils étaient déjà parvenus à leurs fins en Guadeloupe en 1759.

William Rufane
1ère Occupation britannique entre février 1762 et juillet 1763. Une fois l'île conquise par le général Monkton le général Rufane devient gouverneur.


ANCIEN REGIME : LA REPRISE EN MAIN


Le traité de Paris rend les deux principales colonies des Petites Antilles à la France. L'administration de ces îles devient séparée. Plus de lieutenant général, la Guadeloupe et la Martinique abriteront chacune un gouverneur particulier. L'absence de lieutenant gal durera de 1763 à 1768, avant de revenir à l' état précédent.

François Louis de Salignac, marquis de la Mothe Fénelon (1722, inc)
Gouverneur de la Martinique de la restitution de la colonie par les anglais en 1763 à janvier 1765

Victor Charpentier, comte d'Ennery (1731, 1776)
Il est nommé gouverneur gal des Îles du Vent lors du rétablissement de la fonction en 1768. Il les exercera jusqu'en 1771. Avant d'être nommé lieutenant général, il aura assumé les fonctions de gouverneur particulier de la Martinique de 1765 à 1768.

Louis Florent de La Vallière, appelé Chevalier de la Vallière
Il est d'abord nommé lieutenant général des Îles du Vent en 1771. Il est rapidement muté (1772) à Saint-Domingue, comme gouverneur général et remplacé par le comte de Nozières.

Vital Auguste, marquis de Grégoire et comte de Nozières
Nozières a cumulé les principales fonctions administratives. Pour remplacer de la Vallière, il est tout d'abord nommé en 1772 comme gouverneur général des Îles du Vent. Il assure également la fonction de gouverneur particulier de la Martinique jusqu'en 1776. Dans le même temps, il est également gouverneur particulier de la Guadeloupe


Les réformes du système d'administration des îles se suivent et se ressemblent. Entre 1775 et 1783, la fonction de gouverneur général est supprimée. Perdurent les fonctions de gouverneurs particuliers des principales îles.

Robert d'Argout (inc, 1780)
Gouverneur de la Martinique entre 1776 et 1777, il en part après avoir été nommé à Saint-Domingue.

Claude François Amour du Chariol marquis de Bouillé (1739, 1800)
Gouverneur gal des Îles du vent entre 1777 et 1783.

Claude Charles Marcillac, vicomte de Damas
En fonction aux Antilles en tant que gouverneur particulier de la Martinique, il est nommé gouverneur général des Îles en décembre 1783, lors du rétablissement de la fonction. Il exercera jusqu'en 1790.
Durant son mandat, Damas sera remplacé entre 1789 et 1790 par Viomesnil qui assurera l'intérim.

Charles Joseph Hyacinthe du Houx, vicomte de Viomesnil
Gouverneur particulier de la Martinique de 1789 à 1790. Intérim du vicomte de Damas.


LES TEMPS NOUVEAUX : DE LA MONARCHIE CONSTITUTIONNELLE A LA PREMIERE REPUBLIQUE


Jean-Pierre Antoine, comte de Béhague (1727, 1813)
Le monarque constitutionnel, Louis XVI, le nomme en mars 1791 lieutenant Gal des Îles du Vent. Il exercera ses fonctions jusqu'à ce que le nouveau pouvoir républicain, qui a renversé la monarchie, le remplace finalement par le célèbre Rochambeau en 1792. Béhague tentera vainement de résister aux temps nouveaux en empêchant, en septembre 1792, Rochambeau de débarquer. Ce ne sera que partie remise. Il finira par céder la place en janvier 1793.

Pierre-Auguste de Molérat (1741, )
Il assure un bref intérim après le départ de Béhague, entre le 11 janvier et le 15 février 1793. Il sera ensuite nommé commandant en second des Îles du Vent Par Rochambeau. Il fut fait prisonnier en même temps que lui et emmené aux États-Unis d'où il repasse en France en 1799.

Donatien Marie-Joseph de Vimeur, comte de Rochambeau (1755, 1813)
Rochambeau arrive en Martinique avec le Général Lacrosse qui sera Gouverneur de la Guadeloupe. Au début Béhague se montre fidèle à l'ancien régime, la monarchie, et s'oppose au débarquement de Rochambeau. Ce dernier après un court séjour à Saint-Domingue, revient finalement en Martinique en janvier 1793. Á Paris, le roi est en procès, accusé de trahison, il sera décapité le 21 janvier 1793.
Sous l'administration de Rochambeau, Fort Royal s'appellera brièvement "République Ville". Il administre l'île entre janvier 1793 et mars 1794.
En 1793, les anglais avec la collaboration active des colons envahissent à nouveau la Martinique. Rochambeau capitulera le 23 mars 1793.

Les fonctions de gouverneur général des Îles du Vent sont à nouveau supprimées. Elle seront éphémèrement rétablies en mars 1849, puis définitivement supprimées en juin 1851.


SECONDE OCCUPATION BRITTANIQUE


Sir Robert Prescott (1725, 1816) 1794

Sir John Vaugan (1731, 1795) 1794-1795

Sir Robert Shore Milnes (1746, 1837) 1795 - 1796

Sir William Keppel (inc, 1834) 1796 - 1802


LES TEMPS NOUVEAUX : LE DIRECTOIRE, LE CONSULAT ET LE PREMIER EMPIRE


Louis Thomas Villaret-Joyeuse (1750, 1812) La Paix d'Amiens rend les Petites Antilles à la France. Villaret est nommé gouverneur de la Martinique. Il assumera ses fonctions de 1802 jusqu'en 1809, année où les britanniques réinvestissent l'île. Villaret leur oppose une résistance courageuse, mais doit finaler capituler devant des forces bien supérieures.

TROISIEME OCCUPATION BRITTANIQUE

Sir Georges Beckwith (1753, 1823) Le général Beckwith s'empare de la Martinique. A ce titre il est considéré comme autorité suprème (année 1809) jusqu'à l'arrivée de Broderick.

Sir Geroges Broderick (1765, 1842) 1809 - 1812

Sir Charles Wales (1763, 1845) 1812 - 1814

Sir John Lindsay 1814


LE RETOUR DE LA MONARCHIE : LA RESTAURATION


Pierre René Marie, comte de Vaugiraud (1741, 1819) 1814 - 1818

François Xavier, comte de Donzelot (1764, 1843) 1818 - 1826 Affaire Bissette

François Marie Michel de Bouillé (1779, 1853) 1826 - 1829

Louis Henri Desaulses de Freycinet (1777, 1840) 1829 - 1830

LA MONARCHIE DE JUILLET

Jean Henri Joseph Dupôtet (1777, 1852) 1830 - 1834

Emmanuel Halgan (1771, 1852) 1834 - 1836

Ange René Armand, Baron de Mackau (1788, 1855) 1836 - 1838

Alphonse Louis Théodore de Mogès (1796, 1850) 1838 - 1840

Etienne Henri Mengin Duval d'Ailly 1840 - 1844

Pierre Louis Aimé Mathieu 1844-1848

Claude Rostoland mars 1848 - juillet 1848 Evènements du 22 mai qui conduisent à l'abolition de l'esclavage à la Martinique


LA SECONDE REPUBLIQUE


François Auguste Perrinon (1812, 1861) Juillet 1848 - novembre 1848

Armand-Joseph Bruat (1796, 1855)
L'un des derniers gouverneur général des Îles du Vent. La fonction avait été supprimée en 1794 à la suite de l'occupation des colonies par les anglais. Le nouveau pouvoir républicain né en 1848 pense intéressant de la rétablir. Bruat sera nommé en mars 1849 et exercera son mandant jusqu'en avril 1851.

LE SECOND EMPIRE

Auguste Napolèon Vaillant
Ce sera lui le dernier gouverneur général des Îles du Vent. Nommé en avril 1851, la fonction est définitivement supprimée en novembre de la même année. Vaillant restera cependant comme gouverneur "particulier" de la Martinique jusqu'en 1853.

Brunot 1853

Louis-Henri de Gueydon (1809, 1886) Juin 1853 - 1856

Lagrange 1856

Armand Louis Joseph Denis, comte Fitte de Soucy Août 1856 - 1859

Lagrange 1859

Antoine Marie Ferdinand de Maussion de Candé 1859 -1864

Fançois-Théodore de Lapelin 1864 - 1867

A.C. Vérand 1867

Louis Auguste Bertier 1867 - 1870


LA TROISIEME REPUBLIQUE


Charles Louis Constant Menche de Loisne 1870 - 1871

Gilbert Pierre 1871

Georges Charles Cloué (1817, 1889) 1871 - 1874

L Michaux 1874

Thomas Louis Kirkland Le Normant de Kergrist 1875 - 1877

Marie Bruno Ferdinand Grasset 877 - 1879

C A Lacouture 1879

Hyacinthe Laurent Théophile Aube 1879 - 1881

Morau 1881

Vincent Gaëtan Allègre (1835, 1899) 1881 - 1887

Coridon 1887

Louis-Albert Grodet (1853, 1933) 1887 - 1889

Germain Casse (1837, 1900) 1889 - 1892

Delphino Moracchini (1846, 1903) 1892 - 1895

Noël Pardon 1895 - 1898

Marie Louis Gustave Gabrié 1898 - 1901

Louis Mouttet Juillet 1901 - mai 1902 Tué lors de la catastrophe de Saint-Pierre

Jean Baptiste Philémon Lemaire 1902 - 1904

Louis Alphonse Bonhoure (1864, 1909) 1904 - 1907

Charles Louis Lépreux (1856, 1930) 1907 - 1908

Fernand Foureau (1850, 1914) 1908 - 1913

Joseph Henri Alfred Vacher 1913 - 1914

Georges Virgile Poulet 1914 - 1915

Camille Lucien Xavier Guy (1860, 1929) 1915 - 1920

Jules Maurice Gourbeil 1920 - 1921

Fernand Ernest Lévecque 1921 - 1923

Henri Marius Richard 1923 - 1926

Robert Paul Marie de Guise 1926 - 1928

Louis Martial Innocent Gerbinis (1871, 1954) 1928 - 1933

Félix Sylvestre Adolphe Eboué (1884, 1944) 1933 - 1934 Enterré au Panthéon

René Veber 1934

Matteo Mathieu Maurice Alfassa 1934 -1935

Louis Jacques Eugène Fousset 1935 - 1936

Marie Marc Georges Pelicier 1936

Jean-Baptiste Alberti 1936 - 1938

Léopold Arthur André Allys (1888, 1968) 1938

Maurice Xavier Joseph Dechartre 1938 - 1939

Georges Aimé Spitz (1881, 1959) 1939 - 1940

Louis Henri François Denis Bressoles 1940 - mars 1941


LE REGIME DE VICHY OU L'ETAT FRANCAIS


Georges Joseph Robert
Après la débacle de l'armée française en juin 1940 et l'armistice qui s'en suivit, il se dévoue au nouveau pouvoir. Il est aussitôt nommé par le maréchal Pétain, Haut Commissaire Aux Antilles et à la Guyane. L'amiral Robert pratique une politique de compromis avec les anglo-américains. Il quittera la Martinique en juillet 1943, chassé par la population. Le général de Gaulle avait vainement essayé de le faire venir dans le camp de la France Combattante.


LES COMBATTANTS DE LA FRANCE LIBRE


Henri Hoppenot Il reçoit les pleins pouvoirs après le départ de l'amiral Robert. Il assure très temporairement la mise en place de l'administration de la France Combattante.

Yves Maurice Nicol (1887 - 1954) mars 1941 - 1943

Louis Georges André Ponton (1906, 1944) 1943 - 1944

Antoine Marie Angelini 1944 - janvier 1945

Georges Hubert Parisot (1887, 1969) 1945 - 1946


LA QUATRIEME REPUBLIQUE


Georges Louis Joseph Orselli 1946 - 1947


LA DEPARTEMENTALISATION DE LA MARTINIQUE


La départementalisation met fin à la fonction de gouverneur. Elle sera remplacée par celle de Préfet

Préfets de Départements et Préfets de Région

Pierre Albert Trouillé 1947 - 1950

Christian Robert Roger Laigret 1950 - 1954

Gaston Claude Villéger 1954 - 1957

Jacques Alphonse Boissier 1957 - 1959


LA CINQUIEME REPUBLIQUE


Jean Parsi 1959 - 1961

Michel Grollemund 1961 - 1963

Raphaël Roman Hubert Petit 1963 - 1966

Pierre Francis Lamberti