Donatien Marie-Joseph Vimeur, comte de Rochambeau (1750-1813)

Fils du Général Rochambeau qui commanda le corps expéditionnaire français durant la guerre d'Amérique [1775-1793]. Comme son illustre père il se consacre à la carrière militaire. Bien que noble il adhère très tôt aux idées révolutionnaires et est nommé Gouverneur général de la Martinique et lieutenant général des Îles du vent.

Arrivé à la Martinique en septembre 1792, il est dans un premier temps refoulé par les fidèles de la royauté et les légitimistes en place. Il est contraint de se dérouter sur Saint-Domingue.

Quelques mois après avec l'appui du général révolutionnaire Lacrosse, il parvient à prendre pied en Martinique, nous sommes alors le 3 février 1793. Durant la courte période de son administration, il appliquera une politique ultra républicaine. Des actions symboliques dénotent ses sympathies. ll renomme Fort-Royal en République-Ville. Dans le climat de l'époque, Rochambeau doit faire face à des nombreux complots de la part des royalistes qui opèrent en intelligence avec l'ennemi britannique.

Avec un effectifs réduit par les désertions et la fièvre jaune, il oppose une farouche résistance à la conquète anglaise de février 1794.

Il capitule finalement en mars 1794 et parvient à regagner la France. Il revient aux Antilles dans l'armée du général Leclerc qui fut défaite et aéantie à Saint-Domingue par le général Dessalines. Il meurt comme tant d'autres français durant la bataille de Leipzig en 1813 gagnée par Napoléon Ier on au prix d'une incroyable boucherie.


Les informations qui suivent sont tirées - telles quelles - des Mémoires du Chevalier de Valous publiées chez Calmann-Lévy en 1930.

Donatien Marie-Joseph Vimeur, vicomte de Rochambeau. Fils de Jean-Baptiste-Donatien, maréchal de France qui s'illustra dans la guerre d'indépendance de l'Amérique.

Il est né en 1750 au château de Rochambeau, près de Vendôme, tué à Leipzig le 18 octobre 1813.

Successivement colonel au régiment d'Auvergne (1779), maréchal de camp (1791), lieutenant général (9 juillet 1792). Envoyé par la Convention pour réduire à l'obéissance les Antilles révoltées. Repousse les anglais des Îles en 1793, mais lors de leur seconde tentative il doit capituler (27 mars 1794). Gouverneur de Saint-Domingue (1796), il y arrive le 11 mai, mais les commissaires civils étant en désaccord avec lui, ils le font réembarquer pour la France où il est retenu pendant quelques temps au château de Ham.

Chef de la 2e division de l'armée d'Italie, chargé de la défense du pont du Var (1800). Il accompagne en 1802 le général Leclerc auquel il succède comme gouverneur des Antilles (2 novembre 1802). La révolte de ces îles le force à évacuer le Cap et à se réembarquer pour la France (20 novembre 1803). Fait prisonnier par les anglais le 30 mai 1804, il ne fut échangé qu'en 1811. En 1813 il était chef de la 3e division du corps d'armée de Lannes.