Louis Phélypeaux, comte de Pontchartrain (1643, 1727)

Nommé en 1690 ministre de la marine (1690 à 1699) et de la maison du Roi, il conserve son activité ministérielle au département des finances. Il devient chancelier de France en 1699. Il se démet de ses toutes fonctions en 1714 et meurt en 1727.

Jérôme Phélypeaux, comte de Pontchartrain (1674, 1747)

D'abord conseiller au Parlement en 1661, il succède à son père comme ministre de la marine (de 1699 à 1715), il est également ministre de la maison du Roi. Après la mort de Louis XIV en 1715, ses différentes charges ministérielles lui sont enlevées par le Régent, le Duc d'Orléans et données à son fils, le Comte de Maurepas.

Jean Frédéric Phélypeaux, comte de Maurepas (1701, 1781)

Issu d'une lignée d'hommes d'Etat qui ont occupé le ministère de la Marine (voir ci dessus) , Jean-Frédéric Phélypeaux devient à l'âge de quatorze ans (en 1715), ministre de la Marine, tout d'abord à titre honorifique pour succéder à son père Jérôme Phélypeaux, comte de Pontchartrain (1674, 1747) écarté du pouvoir par le Régent.
Jean-Frédéric Phélypeaux prend réellement ses fonctions de ministre de la Marine à 22 ans. Il les assumera de 1723 à 1749.
Pétri de sciences et curieux de tout, habile en politique, c'est sous son ministère et en partie grâce à sa protection bienveillante que se développeront de grandes expéditions maritimes à caractère scientifique. Elles eurent lieu notamment dans le but de confirmer les théories de Newton sur la gravité terrestre et la forme de la terre. Les scientifiques cherchent ainsi à évaluer la variation de la constante gravitationnelle, l'aplatissement de la terre aux pôles : pour cela la mesure des longueurs d'un degré de méridien à différentes latitudes s'impose : près de l'équateur et près du pôle.

Deux missions sont diligentées :
La «mission du Pérou» (1735 à 1744)qui comprend plusieurs académiciens de Paris dont
Charles de La Condamine (géographe),
Pierre Bouguer (mathématicien et astronome),
Louis Godin (mathématicien)
et la «mission du Nord» (1736 à 1737) à laquelle Maupertuis et Le Monnier (fils) ont participé.

Le constat de ces expéditions sera sans appel : la terre est bien aplatie aux pôles et la longueur de l’arc d’un degré de méridien diminue lorsqu’on se dirige vers les zones tropicales et équatoriales.
Jean-Frédéric Phéypeaux est disgracié par Louis XV (c'est une habitude de famille que d'être disgracié par le souverain en place !!!) pour avoir trop librement exprimé un sentiment d'hostilité vis à vis de la marquise de Pompadour, qui de son côté ne l'estimait guère. Entre 1749 et 1774 il n'assumera plus aucune fonction ministérielle. Il sera rappelé aux "affaires" lors de l'avènement de Louis XVI qui ne sait trop qui désigner comme "premier ministre".
A 74 ans le voilà qui ressuscite politiquement et qui plus est à la plus haute place, en tant que Président du Conseil d'Etat du nouveau roi. C'est lui qui appellera tout d'abord Turgot puis ensuite Necker aux finances pour tenter de réformer le système. Mais peine perdue, la révolution couvait ...