Samuel HOLLAND (1728, 1801)

Il est né en 1728 à Nimègue au Pays-Bas. Il est donc d'extraction néerlandaise et porte ainsi bien son patronyme. Il décède en décembre 1801 à Québec.

Dans une période relativement tourbe, Holland commence sa carrière comme officier d'artillerie dans l'armée hollandaise en 1745 et se bat contre les prussiens alliés aux français lors de la guerre de succession d'Autriche [1740-1748].

Il propose ensuite ses services au souverain britannique et part pour l'Angleterre rejoindre son armée. Il est aussitôt versé dans les unités coloniales des Royal Americans. Il est alors envoyé aux Amériques. Compte tenu de ses qualités, Samuel Holland devient lieutenant de ce corps, dès 1756.

Ses talents de cartographe et les compétence techniques qu'il exprime dès ses premières années au service de l'Angleterre, lui valent d'être nommé sous-ingénieur des fortifications. Il participe alors au siège de la forteresse de Louisbourg en y menant de lourds travaux d'assiègement malgré les difficulés quotidiennes liées à la forte résistance des français.

Louisbourg tombée, il lève le plan général de la ville et de la forteresse. Il participe au projet de sa remise en état pour le compte des britanniques.

Les anglais qui veulent évincer totalement les français du Canada, ne comptent pas s'arrêter à la prise de Louisbourg. Ils préparent leur offensive sur Québec. Ils font une nouvelle fois appel aux talents de Samuel Holland pour établir une cartographie précise du Saint-Laurent avec les données hydrographiques nécessaires au franchissement, et à l'utilisation de vaisseaux et autres bâtiments. Ce sera l'axe à la pénétration anglaise. Afin de mener à bien cette mission on lui adjoint un fameux assistant : le jeune James Cook qui commence son service dans l'armée. Leur travail portera ses fruits, Québec sera prise en 1759 après un siège très mémorable.
Holland est alors nommé capitaine. Il continue son oeuvre cartographique et lève les cartes des nouveaux territoires conquis sur les français. Il se passionne pour son métier et préconise la levée systématique de cartes pour l'ensemble des colonies britanniques d'Amérique afin d'en assurer une meilleure protection mais surtout d'en faciliter l'exploitation économique. Pour plaider sa cause il retourne momentanément en Angleterre. Il est écouté et entendu. Il sera nommé en 1764 arpenteur général en Amérique du Nord, il le restera quasiment jusqu'à la fin de sa vie. Sa zone de compétence sera donc relativement étendue.

Après ce bref séjour à Londres, il retourne en Amérique et s'installe entre deux campagnes de levés principalement à Louisbourg. Il entame sa première campagne par le lever du plan de l'Île Saint-Jean puis viendront ceux des autres lieux de colonisation récente (îles de la Madeleine, du Cap Breton, d'Anticosti...).
Il dresse alors généralement un véritable canevas géométrique basé sur des points trigonométriques dont il relève assez précisément les coordonnées géodésiques. Il compte procéder à une réelle triangulation préalable, à l'instar des travaux qui se déroulaient en France sur la méridienne. On peut supposer qu'il s'était probablement bien informé et instruit des techniques géodésiques employées par les équipes françaises lors de son passage en Angleterre.

En parallèle à ces importants travaux terrestres, il effectue aussi également en collaboration avec Joseph-Frédéric Wallet des Barres des campagnes de levés hydrographiques des côtes et des fonds marins des côtes EST du Canada et de l'Amérique du Nord.

Samuel Holand et sa grande famille (il a eu dix enfants viables) s'installent en 1766 dans la ville de Québec. Mais ses nombreuses périgrinations sur les côtes américaines ne sont pas achevées. A partir de 1770, on retrouve le capitaine Holland sur les côtes, entre le Nouveau-Brunswick à l'embouchure de la rivière Saint-Jean, et celle de la rivière de l'Hudson à New-York, où avec ses équipes il dresse inlassablement des cartes hydrographiques. Ces travaux se font maintenant dans un contexte politique qui va progressivmemnt se tendre pour les britanniques. La Boston Tea Party n'était pas très loin (1773) et la guerre d'indépendance non plus [1775-1783].

Lors du conflit ouvert entre les Insurgents et les britanniques, Holland semble s'être fait approché par les "révoltés" qu'il ne rejoindra toutefois pas. Son sort était lié à la couronne, il décide de repartir pour l'Angleterre en 1775. Il y retrouve son compagnon de labeur, Wallet des Barres avec lequel il va collaborer à l'Atlantique Neptune. En 1779, il retourne finalement à Québec au Canada resté paisiblement sous domination anglaise où il se consacre à des activités plutôt civiles. Il y fait fructifier considérablement son patrimoine et ses économies.

Resté malgré tout arpenteur général en Amérique du Nord, le gouvernement du Canada lui demanda en 1783, d'arpenter de nouvelles zones et de nouveaux territoires afin d'accueillir les sujets originaires des 13 états indépendants, ceux restés fidèles à la couronne britannique, auxquels il fallait fournir de nouvelles concessions. Sa santé qui commençait à être quelque peu ébranlée le contraignit à se sédentariser et à diriger à distance des équipes d'arpenteurs afin d'effectuer ces travaux. Holland entrepris alors une diminution progressive de sa charge au profit de ses associés. Il meurt à Québec en 1801 à l'âge de 73 ans.



source principale : dictionnaire biographique du Canada - article de F. J. THORPE - Chief, History Division, National Museum of Man, National Museums of Canada, Ottawa, Ontario


************************************************************************************************************************************************************ ************************************************************************************************************************************************************ Samuel Holland bien que très actif et bien qu'ayant oeuvré de concert avec Des Barres lors de campagnes de relevés hydrographiques, n'a semble-t-il jamais séjourné dans les îles Caraïbes. Le Capitaine Holland mentionné sur cette carte est-il bien Samuel Holland ? ************************************************************************************************************************************************************ ************************************************************************************************************************************************************