Guy Victor Duperré (1775, 1846)

Il nait en 1775 à La Rochelle où l'on peut y voir sa statue qui trone à l'entrée du vieux port. Duperré, c'est d'abord un fameux marin qui aura une fabuleuse destinée. Il sera amiral et ministre de la Marine.

Il entre dans la marine de guerre en novembre 1792. De fait, il connaît et participe aux grands moments de l'histoire de la marine révolutionnaire, impériale puis enfin royale [restauration].
Comme beaucoup d'officiers de marine, il navigue fréquemment entre les Antilles et la métropole. En 1808, il commande un convoi qui amène des troupes fraîches aux garnisons de Martinique alors assiégées par les escadres anglaises. A son retour en France, il combat au large de Lorient un détachement de la flotte anglaise. Il parvient à lui échapper, mais doit échouer son bâtiment.
En 1810, Napoléon 1er le nomme baron d'empire. Les différentes campagnes auxquelles il participe et les succès qu'il remporte lui valent d'être promu contre-amiral en 1811.
Après avoir été, commandant des forces navales en méditerranée de 1812 à 1814, il est nommé durant les "Cents Jours" préfet maritime de Toulon. Il sera éphémèrement écarté sous la restauration, mais en 1818, le nouvel "ancien régime" fait appel à ses services. Il est alors envoyé en Martinique pour y assurer le commandement de la station navale des Antilles (1820, 1821).

En 1823, il commande la flotte chargé du blocus de Cadix et est nommé la même année vice-amiral. Il devient préfet maritime de Brest en 1827.
La royauté le comblera d'honneurs et de titres. Charles X le fait pair de France en 1830. Louis-Philippe le nommera amiral en 1831 et le placera à la tête du conseil de l'amirauté.
En 1834, il entre en politique et succède à François Dupin en acceptant portefeuille de la Marine dans le ministère du duc de Trévise. Il conservera la fonction dans les ministères éphémères et successifs du duc de Broglie, puis dans celui d'Adolphe Thiers et enfin dans deux ministères de Nicolas Jean-de-Dieu Soult.

En résumé M. Duperré aura été trois fois ministre de la Marine :

- du 22 novembre 1834 au 6 septembre 1836
- du 12 mai 1839 au 1er mars 1840
- et du 20 octobre 1840 au 7 février 1843

Il laisse à ses contemporains le souvenir d'un homme intègre et honnête, peu enclin à sombrer dans les fastes de la république comme dans ceux de la royauté. Lorsqu'il était préfet maritime à Brest avec le rang de vice-amiral, il n'hésita pas à limiter les avantages et le train de vie dont pouvaient se prévaloir la haute hiérarchie de l'amirauté.
Il meurt le 2 novembre 1846.