Louis Le Correur de Mareuil (16xx, 1701)

Les origines de Louis Le Correuil de Mareuil sont certainement picardes, il serait originaire de la région d'Amiens. Il fait partie d'une famille dont les membres se sont très tôt rendus dans les Isles afin d'y faire fortune.

Les cartes et les documents disponibles aux Archives Nationales de l'Outre-Mer montrent une présence en Martinique de Louis Le Correur, dès la décennie 1670-1680. Les cartes et plans qui suivent plus bas lui sont attribués. Les divers documents présents aux ANOM font mention de la production d'un plan de la Martinique (vers 1697/98) par Le Correur. ce plan n'est malheureusement pas identifié sous le site des A.N.O.M ni dans celui de la B.N.F, pas plus que dans aucun site officiel français ou étranger.

Dans un courrier de 1679 adressé à son supérieur hiérarchique, le Gouverneur Blénac évoque l'impossibilité de nommer Le Correur de Mareuil Ingénieur, dans la mesure où il lui aurait laissé entendre un prochain retour « définitif » en France.
Mais finalement Le Correur de Mareuil s'installera en Martinique et deviendra comme beaucoup d'autres, colon et exploitant d'une habitation sucrière.

Lors des évènements qui opposèrent les anglais aux français [Guerre de la ligue d'Ausbourg 1688-1697], Le Correur de Mareuil accompagne l'expédition punitive de Blénac dans la conquête de la partie anglaise de Saint-Christophe et dans la conquête de l'île de Saint-Eustache (avril et août 1689).
Il semble que Mareuil ait fait valoir des compétences certaines en matière de construction et de fortification. Celles-ci sont alors suffisamment reconnues pour que Blénac lui propose le suivi des travaux du renforcement des défenses du fort anglais de Saint-Christophe, récemment conquis.

Cependant, les travaux d'abord effectués sous son contrôle durant deux mois vont être ensuite délégués et mal exécutés par le délégataire. Les instructions laissées par Le Correuil de Mareuil étaient, semble-t-il, erronées. Ce qui fait dire au Chevalier de Guitaud que : le sieur Mareuil, Ingénieur préposé par M. de Blénac, qui avait tracé quelques travaux à sa façon et fait travailler pendant deux mois, est parti pour la Martinique après avoir laissé un devis au Sieur Montaigu (ou Montagne, capitaine de milice) Ce dernier a suivi ce devis. Mais les mesures en étaient si fausses que tout ce qui a été fait s'est éboulé. En sorte que le travail et la dépense faite pendant six mois ont été inutiles.

Cet éboulement a bel et bien eu lieu à la suite de très fortes pluies continuelles dans l'île de Saint-Christophe. Le Correur de Mareuil aura l'occasion de s'en justifier.

S'il n'a pu rester dans l'île de Saint-Christophe pour surveiller les travaux, c'est qu'il a été contraint de rejoindre la Martinique où son habitation durant son absence subissait de graves difficultés de fonctionnement.

Á la suite des services commandés et rendus dans l'île de Saint-Christophe et de Saint-Eustache, dès 1690, de Mareuil qui ne perd pas le Nord, va demander d'abord des dédommagements, puis une commission de Lieutenant du Roy à Saint-Christophe.
Il sera entendu, et nommé dans l'année 1691, Lieutenant du Roy pour le quartier du Cul de Sac de la Trinité de la Martinique, alors en plein développement. L'île de Saint-Christophe ayant été entre-temps conquise entièrement par les anglais, Blénac lui a offert en compensation un poste en Martinique.

Louis travaille alors activement au maintien de l'ordre. Mais ses compétences ne s'arrètent pas là, elles l'amènent également à developper le bourg de la Trinité ainsi que les voies de communication entre les différents quartiers de l'île, en perçant de nouveaux chemins. Il demandera systématiquement des gratifications pour tous les efforts consentis. Dans un rapport en date de 1697, Louis Le Correur de Mareuil fera l'inventaire de son action et mettra en exergue son rôle moteur dans la réalisation du grand chemin allant de Fort-Royal à Trinité et du chemin reliant La Trinité au quartier du Cul de Sac Marin. Ce dernier tracé permettant un gain de temps considérable.

Le père LABAT aura l'occasion de le rencontrer en août 1694. Le Révérend Père indique dans son "Voyage au Îles" que Louis avait un aîné que les écrits semblent nommer tout simplement « Le Correur ». Cet ainé était membre du conseil souverain de Saint-Christophe.

Louis Le Correur de Mareuil deviendra ensuite Commandant du quartier de la Capesterre dont il effectue le recensement en 1697. Pendant ce temps, il travaille paralèllement à l'élaboration d'un plan ou d'une carte générale de la Martinique, qu'il voudrait très détaillée.

Dès août 1698, le plan est prêt et est aussitôt expédié en France. Le Correuil de Mareuil y joint un mémoire descriptif dans lequel il met en évidence les chemins nouvellement ouverts et les paroisses... Il donne aussi la description et l'emplacement des quartiers principaux, des mouillages sûrs, des dangers maritimes, des différents culs de sac. Il distingue les chemins ordinaires marqués par des points noirs et les chemins des hauteurs marqués par des points rouges. Il met en évidence les églises et les cures de chaque quartier notamment en indiquant d'une croix jaune les Jacobins, d'une croix noire les Jésuites et d'une croix rouge les Capucins.

Ce plan, qui montre pour la première fois les chemins et le découpage paroissial n'est malheureusement plus disponible, disparu ou égaré dans les couloirs du temps. Mais il est certain que cet apport cartographique va se retrouver dans les différentes cartes relatives à la Martinique. Les différents modèles confectionnés entre la fin du XVIIe et le début du XVIIIe siècle, aussi bien par Van Keulen que le père Labat, ou encore celui de Guillaume Delisle vont s'appuyer sur ces particularités mises en évidence par le cartographe.

Louis Le Correur de Mareuil a épousé l'une des filles du sieur de la Calle. Cette union lui procurera une bonne situation mais aussi quelques déboires familiaux. La succession du sieur de la Calle ne sera pas des plus faciles. Louis Le Correur va rentrer en conflit avec deux de ses belles-soeurs.
Le lieutenant du juge, Michel de Clermont, qui instruira ces affaires, sera pris a parti par Le Correuil de Mareuil Lieutenant du roy qui l'accuse de partialité en séance publique du Conseil souverain de la Martinique. Cette affaire fera grand bruit.

Louis décède vraisemblablement durant l'année 1701. L'un de ses fils sera mousquetaire du roi, en 1710 il demandera à être admis comme garde marine et à bénéficier d'une commission de capitaine.

Principaux travaux cartographiques connus :


1 - Plan de la baye du Fort Royalle de l'iles de la Martinique
[1674-1675] - non signé
Manuscrit aquarellé sur papier 52,5 cm x 64,5 cm. FR ANOM 13DFC3B


2 - [Plan de l'attaque du Fort Royal par les Hollandais].
28 août 1674 - non signé
Manuscrit à l'encre et couleurs sur papier 74 cm x 45,5 cm. FR ANOM 13DFC8B


3 - [Plan du Fort Royal pour marquer l'endroit de l'établissement des magasins].
28 mai 1675 - non signé
Manuscrit aquarellé sur papier 59,5 cm x 44 cm. FR ANOM 13DFC11B


4 - Plan du fort Royal de la Martinique...
16 septembre 1675 - non signé
Manuscrit aquarellé sur papier 97,5 cm x 40 cm. FR ANOM 13DFC18A


5 - Le Fort Royal de l'isle de la Martinique.
1676 - signé Correur de Mareuil
Manuscrit aquarellé sur papier 60 cm x 46 cm. FR ANOM 13DFC9B